Château Ferrière | Marc Vanel

Château Ferrière 2011

L’avis de Marc Vanel

Lors de mes dégustations à l’aveugle, mes meilleures découvertes sont souvent des vins en biodynamie, ou bio tout court. Pour leur pureté, pour la qualité de leur fruit pas écrasé sous la barrique, pour l’émotion qu’ils procurent. Mais parler de bio et de biodynamie à Bordeaux n’est pas simple, mais les pratiques évoluent et la qualité des vins de Bordeaux s’en ressent. Haut-Bergey, Fonroque, Pontet-Canet, Climens, Le Tertre, Fougas, Gombaude-Guillot, essayez, vous verrez… Mais mon dernier coup de coeur dans ce domaine est sans conteste le Château Ferrière 2011, un Margaux classé 3e Grand Cru en 1855, géré aujourd’hui par Claire Villars et son mari Gonzague Lurton. Je l’ai découvert durant les Primeurs de Bordeaux en avril dernier et j’ai vraiment été époustouflé, une vraie découverte et un vrai coup de coeur. De retour à Bruxelles, j’ai commandé six bouteilles du 2018 (que je n’aurai qu’en 2021) et acheté un millésime disponible, le 2011 ici, pour le déguster à nouveau. A noter toutefois que la certification n’a été obtenue qu’en 2018, ce 2011 ne l’est donc pas, mais les sensations furent les mêmes. J’aime le vin du Château Ferrière pour sa puissance sans excès, pour sa rondeur, sa souplesse, son fruit qui emplit la bouche et son toucher tendre. Pour ses belles épices aussi, son boisé discret, et tout ce qu’il faut d’acidité pour tenir le vin en place et lui assurer de belles années. Je l’ai dégusté avec des amis, dans le jardin, avec un plat d’inspiration indienne, il a très bien tenu la route, tous ont apprécié.

Marc Vanel se présente en quelques mots

Journaliste depuis 1980, j’ai exercé divers boulots dans la communication mais depuis une dizaine d’années, j’ai largué diverses amarres pour me consacrer à l’écriture dans le domaine du vin tout en adoptant le pseudo de Vanel pour ne pas être confondu avec un homonyme. Trois livres sur le vin belge, un quatrième en préparation, et des articles sur le site du Soir, dans les pages d’Essentielle Vino, de WAW, de la DH Dimanche ou sur mon propre blog (marcvanel.be) que je reprends après deux ans de dormance. Ce qui me rend heureux? Voyager, découvrir les femmes et les hommes qui se cachent derrière les bouteilles, qu’ils produisent 1000 ou 100.000 bouteilles, et surtout partager leur passion dans mes articles… Cette “nouvelle” expérience m’a aussi permis de redécouvrir Bordeaux que je visite plusieurs fois par an. J’y déguste des dizaines de vins, les découvertes sont nombreuses, mais bon, je devais me limiter à un vin…

Marc Vanel

Suggestion de point de vente
Chai & Bar, Uccle – 46€

Château Ferrière
33 Bis, Rue de la Témoille
33460 Margaux
Tel: +33 (0) 5 57 88 76 65
E-mail: infos@ferriere.com
Site Web : Ferriere.com

Château Haut Breton Larigaudière | Patrick Brohée

Château Haut Breton Larigaudière 2007

L’avis de Partrick Brohée
Un vin que je connais depuis au moins 15 ans, composé majoritairement de Cabernet-Sauvignon à hauteur de 85% minimu. J’ai eu une belle émotion en dégustant un 2007 qui fut, en raison des aléas climatiques, réalisé à 100% en Cabernet-Sauvignon sur ce millésime. D’année en année ce vin présente une délicatesse et une finesse aromatique assez intéressante avec un grand potentiel de vieillissement même sur des millésimes plus pauvres. Par contre, il a une “buvabilité” incroyable en ce y compris sur des millésimes très jeunes, c’est du velours !!! Il est bu en de nombreuses occasions et pas seulement pour des accords “sorciers” entre mets et vins mais plutôt pour le plaisir lors de soirées entre amis ou simplement avec un bout de camembert au lait cru affiné à coeur, un bon Fuet Catalan et une baguette cuite au feu de bois par exemple. Du pur bonheur !

Patrick Brohée se présente en quelques mots
Comme Obelix, je suis tombé dedans étant petit et les mauvaises langues diront aussi que j’en ai aussi les formes ! Moi aussi j’ai perdu quelques années au service marketing/vente de grandes sociétés avant d’enfin me diriger vers la dive bouteille … Non pas pour éponger mes malheurs et souffrances mais plutôt pour découvrir ce monde fascinant de partage et de convivialité. Car j’en ai rencontré des vignerons, des promoteurs, des agents et des propriétaires qui m’ont enrichi l’âme et l’esprit autant que la bouche et le ventre. Passionné par le vin j’en ai fait mon métier, agent commercial pour un importateur auprès des cavistes/restaurants du Royaume depuis de très nombreuses années mais aussi caviste avec mon épouse à Jodoigne en BW depuis 2002. Je n’ai jamais vraiment compris cette folie du “Bordeaux Bashing” alors que c’est une des régions viticoles de France des plus intéressantes avec une diversité importante de terroirs et d’hommes. Si l’on boit plus de Bordeaux au nord qu’au sud et au centre du pays, il est un petit village gaulois qui résiste à l’invasion du Languedoc et de la Bourgogne en Wallonie dans lequel je tiens ma cave La Halle Aux Saveurs à Jodoigne, et ou nous faisons la part belle au divin breuvage de Bordeaux. J’adore parcourir le vignoble, pas seulement Bordeaux ou la France, et mon téléphone portable comporte plus de photos d’étiquettes et de bouteilles dégustées que de selfies ou des photos de famille et de paysages.

Patrick Brohée

Suggestion de point de vente
Nombreux cavistes à Bruxelles proposent le Haut Breton Larigaudière sur plusieurs millésimes différents ainsi qu’en province (pas distribué en grande distribution). Le 2015 est encore disponible au prix approximatif de 31 euros et vous trouverez normalement encore le 2014 vers les 27 euros. Ne pas bouder le 2013 qui sera sans doute plus rapidement “‘abouti” mais qui s’échange actuellement vers les 25 euros. C’est pas à la portée de toutes les bourses mais c’est l’un des Margaux les plus abordables en vente actuellement dans le réseau Trade de Belgique.

Château Haut Breton Larigaudière
3, rue des anciens combattants
33460 Soussans
Tel : +33 (0) 5 57 88 94 17
Site web : Chateauhautbretonlarigaudiere.com